Comme si cela ne suffisait pas de mettre sur ses doudounes de la fourrure de coyotes attrapés dans des pièges à mâchoire en acier avant d’être abattus par balle ou frappés à mort, la marque Canada Goose les remplit aussi du duvet provenant d’oiseaux maltraités. Des révélations de PETA États-Unis sur un fournisseur de duvet de Canada Goose montre des employés rassembler des oies paniquées en les attrapant et les soulevant par le cou, pendant que celles-ci luttaient pour supporter tout leur poids avec leur cou. Puis on voyait les employés les entasser dans des caisses de transport pleines à craquer en route vers l’abattoir. Après un trajet de plus de cinq heure entre la ferme et le lieu d’exécution, les oies ont assisté, terrifiées, à la procédure d’entrave et d’abattage de leurs congénères, jusqu’à ce que venait leur tour.

Canada Goose trompe le public en prétendant que les oiseaux qu’ils utilisent pour le duvet ne subissent ni peur, ni douleur, ni détresse ni inconfort physique. L’entreprise dit à ses clients qu’elle est « profondément engagée » à « se fournir éthiquement en matières d’origine animale », ce qui est un mensonge. Regardez par vous-même ce qu’il arrive vraiment aux oiseaux utilisés pour remplir de duvet les doudounes Canada Goose, et contribuez à arrêter ces atrocités.

Crédits vidéo promotionnelle : Canada Goose

Cherchant de l’air et hurlant de déstresse

Pour rassembler les oies destinées au transport plus vite, elles étaient regroupées dans de tout petits enclos où, à l’évidence, elles paniquaient et se marchaient dessus. Les oies du fond de la pile se faisaient écraser. Quand l’une d’entre elles est morte, l’employé s’est débarrassé du cadavre en le jetant par-dessus le grillage.

Ces oies stressées s’escaladent les unes les autres dans la panique et la peur, et certaines vont même jusqu’à s’étouffer.

Saisies et déplacées par le cou

Une fois les oies confinées dans les enclos, les employés ont commencé à les attraper par le cou, la plupart du temps deux dans chaque main, les trainant ainsi jusqu’aux caisses de transport tandis qu’elles poussaient des cris et battaient des ailes de détresse. Un employé a piétiné des oies à plusieurs reprises en essayant d’en attraper d’autres. Elles ont ensuite été entassées dans les caisses avec une telle violence qu’on entend les cages se cogner entre elles sur la vidéo.

Confinées dans des cages pleines à craquer parfois pendant 24 heures

Les oiseaux étaient entassés dans des cages pleines si étroites qu’elles n’arrivaient pas à redresser la tête, même assises. Un vétérinaire qui a regardé les images a dit : « Le fait d’être confiné dans ces petites cages pendant une période prolongée peut causer de douloureuses crampes musculaires, un stress inutile et prédisposer les oiseaux anxieux à des blessures ». Après un trajet de plus de cinq heures sur l’autoroute direction l’abattoir, des oies étaient laissées dans les caisses recouvertes de fientes parfois pendant 24 heures de plus, sans eau ni nourriture.

Regardant dans la terreur leurs congénères se faire entraver et tuer

Le fournisseur de Canada Goose qui est concerné dans cette vidéo, James Valley Colony Farms, envoie des oies à Schiltz Foods dans le Dakota du sud, qui est le plus grand abattoir d’oies d’Amérique du Nord. C’est un trajet épuisant de cinq à six heures qui se fait souvent par des températures glaciales.

Une fois déchargées pour l’abattage, les oies assistaient, tout aussi terrifiées que les autres oiseaux qui étaient saisis par le cou, étourdis, suspendus par des chaînes la tête en bas et tués sous leurs yeux par les employés qui les égorgeaient. Ensuite venait leur tour. Un témoin de PETA États-Unis a vu des oiseaux battre des ailes et bouger leur tête pendant qu’ils se vidaient de leur sang. Un vétérinaire qui a regardé ces séquences vidéo pense que ces oiseaux « montrent clairement des signes d’état de conscience et de sensibilité », signifiant que les oiseaux étaient éveillés pendant qu’on les étranglait et étouffait ou sont morts d’hémorragie ou de trauma, provoquant « une condition extrêmement douloureuse et causant beaucoup d’anxiété ».

Pourquoi ont-elles les « coudes rouges » ?

Un témoin de PETA États-Unis a documenté que la moitié des oiseaux du fournisseur de Canada Goose avait des hématomes sur les ailes, et même des os cassés et des articulations disloquées, au moment de les tuer. Lorsque le témoin a demandé pourquoi les oiseaux avaient les « coudes rouges », un superviseur de l’abattoir a répondu que « c’est en les mettant dans les cages ».

Voici comment vous pouvez aider

Chaque fois qu’une personne achète une veste Canada Goose ou tout autre produit garni de duvet, elle cautionne les atrocités que vous voyez dans cette vidéo voire pire. PETA États-Unis a déposé une plainte auprès de la US Federal Trade Commission (la commission américaine fédérale de commerce) et le Canadian Competition Bureau (Bureau canadien de la concurrence) pour avoir trompé les consommateurs sur le bien-être des oies utilisées pour le duvet des produits de l’entreprise. Si vous avez l’impression d’avoir été dupé(e) en achetant un produit de l’entreprise Canada Goose par leur revendication de « s’approvisionner éthiquement en duvet et en fourrure » et que les animaux utilisés pour leurs manteaux ont réçu un « traitement respectueux », envoyez-nous un e-mail à Info@petafrance.com.

Le meilleur moyen d’aider les oies qui sont en train de souffrir est de ne pas acheter d’article contenant du duvet. Canada Goose pourrait facilement et dès aujourd’hui renoncer au duvet : demandez à la marque de le faire !

SIGNEZ CETTE PÉTITION

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here