Le 21 mai dernier, Franco Ferrada, un jeune Chilien de 20 ans, avait franchi les barrières de sécurité d’un zoo de Santiago, et s’était introduit dans la cage des fauves. Il y avait enlevé ses habits et provoqué les félins.

Le personnel du zoo avait premièrement tenté de disperser les deux lions qui s’étaient attaqué à lui – comme prévu. Mais ces derniers ne voulaient lâcher prise, les responsables de l’établissement avaient décidé d’abattre Manolo et La Flaca.

5836933_lions_545x460_autocrop

Dans des cas comme celui-là, l’usage de seringues hypodermiques est insuffisant pour arrêter l’attaque à temps expliquait la directrice du zoo Alejandra Montalva sur la chaîne TVN:

«Quand la vie d’une personne est en danger, il faut sacrifier les animaux», elle précisait être «consternée», les lions étant dans le zoo «depuis plus de 20 ans».

Religion et animaux…

Les autorités pensaient à une tentative de suicide, mais une lettre retrouvée dans la poche du jeune homme a donné une toute autre explication à son geste: Franco Ferrada expliquait s’inspirer d’un passage de la Bible (dans lequel le prophète Daniel, cerné par des lions, sauve sa vie grâce à la foi), tout ça signé de sa main au nom de «Jésus».

La colère

Une avalanche de messages de fureurs sur les réseaux sociaux – où circule une vidéo amateur montrant l’homme, nu, s’agrippant de longues minutes au ventre d’un des lions – a été suite à l’annonce des décès des deux grands félins. Sur Twitter notamment, de nombreuses personnes se désolent du «destin tragique» de Manolo et La Flaca. Sur Instagram, l’actrice Kaley Cuoco (Penny de The Big Bang Theory) s’est indignée :

«Juste parce qu’un idiot saute dans la cage aux lions, sous sa propre responsabilité, et est mutilé, les lions finissent tués ?»

79% des personnes interrogées, (dans un sondage en ligne sur la page internet de la chaîne CNN en espagnol), désapprouvaient la décision du zoo de sacrifier les animaux.

Psychologie à l’échelle nationale…

La réaction de la population chilienne révèle le «mépris de la société pour la vie humaine et pour le stigmate de la maladie mentale», d’après le psychiatre Rafael Torres. Selon le psy, Franco Ferrada souffre d’un «cadre psychotique»: un père alcoolique et une mère décédée quand il avait onze ans, le jeune homme et ses huit frères et sœurs ont passé leur enfance d’un centre d’accueil à l’autre, certains d’entre eux étant adoptés. – Un suivis psychologique est peut-être onéreux, mais il aurait peut être pu permettre aux deux lions sacrifiés, de ne pas avoir leur vie ôtée ainsi.

Franco se remet actuellement de ses graves blessures dans une clinique de Santiago, il n’est plus en danger de mort…

“Ne jamais être un pionnier. Au Premier chrétien, le lion le plus affamé.” – Saki

Crédit photo capture d’écran Youtube

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here