Il faisait passer des lionceaux, pour des chatons

1

Mardi 3 Mai, un responsable d’un petit cirque familial était à la barre du tribunal correctionnel de Coutances, dans la Manche. L’homme était accusé d’avoir détenu deux lions sans autorisation préfectorale, ni même de certificat de capacité… Prétextant même que c’étaient des chatons.

L’agent de contrôle menacé de mort

C’est lors d’un contrôle de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage accompagné de gendarmes, le 17 février dernier, que l’homme en infraction a insulté et menacé de mort l’agent. 

“Je vais te démonter le cœur !”

Pendant l’opération d’évacuation d’une jeune lionne et d’un lionceau, (environ 8 mois) le jeune homme de 25 ans, n’aurait pas arrêté d’injurier et de menacer.

Comment dissimuler un lion sous le nom “chaton” ?

Les animaux ont été pris en charge par les associations 30 millions d’Amis et Code Animal ont été mis en sécurité et soignés dans un centre d’accueil en Espagne.

D’après l’homme, c’était un don entre amis du cirque, mais aucun document prouvant la traçabilité n’a pu le prouver. Est présenté un carnet de vétérinaire intitulé “Carnet de Santé du Chaton”… Oui il y a bien un problème de taille : août 2015, avait 8 mois le dit chaton, et en février 2016 d’après l’homme, il avait toujours 8 mois. Ah !?

Un certificat de capacité aurait été une première fois demandé, et celui ci aurait été rejeté. Le jeune homme (myope ?) soutient qu’une nouvelle demande aurait été faite et qu’il s’en remettait au délai de traitement des services publics.

Confiscation des animaux

“J’aime mes animaux comme mes propres enfants, ils n’étaient pas présentés au public”, a déclaré le prévenu pendant l’audience, bien qu’ils aient stationnés prés d’une école…

Tous les manquements et les doutes sur la traçabilité des animaux ont conduit le tribunal à en ordonner la confiscation, s’ajoute à cela une peine de 90 jours-amende à 6 euros – soit 90 jours pour réunir 540€.

(Si à l’issue du délai la somme n’est pas réunie, le service des Finances publiques retourne alors l’extrait de condamnation au Procureur de la République. Celui-ci transmet l’extrait de condamnation au juge de l’application des peines. Ce dernier convoque le condamné pour lui donner une ultime chance de solder les jours-amende impayés. Si à l’issue du délai le paiement n’est pas intervenu, le juge de l’application des peines ordonne l’incarcération du condamné pour 10 jours et fixe la date d’écrou. Source)

Note salée, mais justifiée

30 millions d’amis et Code Animal ont également été reçues dans leur constitution de parties civiles. Le prévenu devra alors verser 250 € à chacune des associations, 800 € pour les frais de justice, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ainsi que son contrôleur, recevront 300 € chacun.

un-lionceau-malicieux_178313_w620
Aïe, on savait  que les problèmes de vue coûtaient parfois cher… Ou la mauvaise foi. C’est comme bon vous semble en fait.

Crédit photo de Une originale ohmymag.com

* * *

Rejoignez le QG de la protection animale gratuitement. Ici, on parle tactiques et plans d'attaques pour protéger les animaux. 

PARTAGER RÉVEILLONS LE MONDE !
Sama Johanna
Rédactrice pour Stop Aux Massacres AnimaliersDénoncer je sais faire, et me taire m'est difficile ! J'ai pour conviction la cause environnementale, et fait de la protection animale, mon combat.Je donne ma voix et mon écrit à ceux qui ne peuvent s'exprimer.

Votre avis est le bienvenue ?

1 Commentaire Sur "Il faisait passer des lionceaux, pour des chatons"

avatar
Trier par:   Plus récent | Le plus ancien | Plus populaire !
Agathe
Invité

Pour un trafic de lions, je trouve que la condamnation n’est pas si salée… D’autant plus que la personne a fait preuve de mauvaise foi, les menaces de mort, etc.
Pour la non identification d’un animal de compagnie, l’amende est autour des 700 euros. Quand on compare…

wpDiscuz