Une femme vivait avec 20 chiens dans une maison insalubre. 

0

D’après des témoignages, l’insalubrité ne serait pas un mot inapproprié pour décrire l’état de désordre et de saleté dans lequel vivait femme de 57 ans avec une vingtaine de chihuahuas.

La femme souffrerai du syndrome de Diogène (un trouble du comportement conduisant à des conditions de vie négligées, voire insalubres.) Elle entassait des affaires et prospectus depuis des années, ne jetait rien. Ses chiens faisaient leurs besoins dans toute la maison, imprégnée d’une odeur d’urine et d’excréments « au point que cela devient rapidement irrespirable », décrivent les policiers vêtu combinaison d’hygiène blanche.

Suite à une plainte d’Giapa (une association seine-et-marnaise de protection animale), la police intervenait pour mauvais traitements sur animaux. Les forces de l’ordre avaient découvert la situation par hasard lors d’une perquisition menée dans une affaire d’escroquerie.

Depuis 25 ans, la femme a accumulé objets et journaux du sol jusqu’au plafond. Elle ne circule que par un étroit chemin laissé entre ses piles de détritus. La porte d’entrée et la grille du jardin étaient bloquées par l’enchevêtrement d’objets, au point que les enquêteurs ont eu du mal à accéder aux lieux.

Les chihuahuas se reproduisent entre eux et « la maison sent fortement l’urine, les chiens faisant tous leurs besoins dans la maison », explique la police, constatant « une maltraitance sur les animaux ». Aucun soin vétérinaire, vaccin, tatouage ou stérilisation n’a été effectué sur les chiens. La quinquagénaire déclarerait, dormir avec eux à même le sol et ne se laver qu’à l’eau des bouteilles.

« Elle vit en marge et s’est créée ses propres règles, confie une voisine. Elle est sauvage et fait peur. Elle se déplace avec un chariot de supermarché par exemple, comme si elle était SDF alors qu’elle est propriétaire de cette grande maison. » « Nous lui avons proposé de l’aide en 2013 quand on a découvert sa situation mais elle refuse catégoriquement », regrette Dominique Stabile, le maire.

La quinquagénaire aurait été auditionnée au commissariat le lendemain (mercredi 14 octobre). Ses chiens devraient lui être retirés et confiés à l’association Stéphane Lamart « Pour la défense du droit des animaux ». Elle risque une amende jusqu’à 750 €.

Source Le Parisien

[emaillocker][/emaillocker]

* * *

Soutenez nos actions. Ici, pour nous permettre de mettre en place nos tactiques et plans d'attaques pour protéger les animaux. 

PARTAGER RÉVEILLONS LE MONDE !
Sama Johanna
Rédactrice pour Stop Aux Massacres AnimaliersDénoncer je sais faire, et me taire m'est difficile ! J'ai pour conviction la cause environnementale, et fait de la protection animale, mon combat.Je donne ma voix et mon écrit à ceux qui ne peuvent s'exprimer.

Votre avis est le bienvenue ?

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz