Des centaines de baleines meurt échouées sur une plage de Nouvelle-Zélande.

0
Plus de 400 baleines-pilotes se sont échouées sur la plage de Farewell Spit@ STR / NEW ZEALAND DEPARTMENT OF CONSERVATION / AFP

Les images sont impressionnantes et dramatiques.

Plus de 400 baleines pilotes se sont échouées, dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 février, sur une plage de Nouvelle-Zélande. Près de 70% seraient morte selon les autorités.

Sur la plage de Farewell Spit dans la région de Golden Bay se dessine un paysage morbide.

Les baleines, à la peau laqué noire, sont par centaines entassées. Les yeux fermés et la bouche entre ouverte.

Mais les cétacés ne sont pas que sur le sable, il y a également des baleines mortes qui flottent à la surface de l’eau, rendant encore plus difficile le travail de sauvetage. Des centaines de personnes, habitant sur l’île ou accourant des régions alentours, sont mobilisés afin de sauver le maximum d’animaux.

Les bénévoles, en formant une chaîne humaine, ont essayé d’empêcher les dernières arrivante de s’ensabler.

Un comportement fréquent mais sans explication.

C’est en effet un événement fréquent en Nouvelle-Zélande, mais il s’agit là du troisième plus important échouage jamais recensé dans le pays. Selon le directeur régional du service de protection et de l’environnement, Andrew Lamason ; il n’existe pas d’explications scientifiques certaines.

Toutefois, la géographie sous-marine du lieu pourrait être la cause. La quantité de sable en forme de crochet et les eaux peu profondes sont des facteurs à prendre en compte dans le drame qui se joue actuellement.

Un drame qui n’en finit pas.

Après cette échouage massif d’environ 416 globicéphales, et nonobstant les efforts de centaines de volontaires, un nouvel échouage s’est produit samedi. Pour le moment, 200 baleines supplémentaires se sont échouées sur les hauts-fonds à Farewell.

« Malgré les efforts déployés par tous pour prévenir de nouvelles pertes (…), quelques 200 baleines-pilotes qui nageaient librement se sont échouées », a déclaré Herb Christophers, porte-parole du département de la protection de l’environnement (DOC).

Des baleines euthanasiées.

Le nouveau groupe de baleines s’est échoué à marée basse à environ 3 km de l’endroit où le premier groupe s’était échoué vendredi.

Les baleines-pilotes, l’espèce la plus répandue dans les eaux néo-zélandaises, peuvent peser jusqu’à deux tonnes et mesurer jusqu’à six mètres de long, ce qui rend d’autant plus difficiles leur sauvetage.

Herb Christopher souligne qu’une remise à flot ne garantit pas forcément la survie car les baleines peuvent toujours revenir s’échouer. Ainsi, une vingtaine des baleines sauvées après l’échouage de vendredi ont dû être euthanasiées samedi.

Des scènes de désolation.

C’est ce qu’offre depuis samedi la plage de Farewell Spit avec un « alignement de baleines mortes, a confié au New Zealand Herald Tim Cuff, un spécialiste des mammifères marins.

Il raconte le chagrin d’une volontaire allemande après la mort d’une baleine qu’elle avait essayé de protéger du soleil. Elle « ne voulait pas l’abandonner. Elle pleurait en s’accrochant à elle ».

Thomas

Votre avis est le bienvenue ?

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz