Vendredi 22 avril, Sambo, une femelle éléphant s’est éteinte dans la cité archéologique d’Angkor, au Cambodge.

Sambo transportait des touristes sur le site

The Angkor Elephant Company, l’entreprise qui gère les promenades à dos d’éléphant dans les temples d’Angkor, explique qu’un vétérinaire a conclu qu’elle aurai été victime d’une “crise cardiaque, due aux températures élevées”. Elle avait travaillé pendant 40 minutes, dans la chaleur torride, qui avait atteint 40 degrésSource Phnom Penh Post 

Une mobilisation sur les réseaux sociaux contre les promenades à dos d’éléphant

Les photos montrant Sambo gisant au sol, ont ému de nombre uses personnes sur les réseaux sociaux. Dans un article du Daily Mail, un responsable d’une ONG de défense des éléphants au Cambodge appelle à une plus grande “régulation” des éléphants pour le tourisme.

Un message Facebook montrant des photos de Sambo sur le terrain a été partagé plus de 8 000 fois. Une pétition sur change.org demandant la fin du tourisme à dos d’éléphant à Angkor est a été mise en ligne peu de temps après, et a recueilli plus de 25 943 signatures. Vous pouvez la signer en cliquant sur le lien orange présent plus haut.

Pourquoi ?

Les amoureux des animaux réclament une enquête, quant à pourquoi l’éléphant, âgé d’entre 40 et 45 ans, a été contraint de poursuivre le transport des touristes alors que les températures étaient si élevés et qu’il n’y avait pas de vent.

Sambo travaillait – pas de son plein gré –  pour la compagnie d’éléphants d’Angkor depuis 2001, a déclaré le gestionnaire Oan Kiri, ajoutant: « Nous sommes tous très tristes de l’avoir perdue ».

Il faut arrêter de soutenir ce tourisme

Capture photo d’un avis sur le tourisme à dos d’éléphant, sur Trip Advisor

Voici la face cachée du tourisme à dos de pachyderme (Attention images difficiles)

[Les éléphants sont enfermés dans des cages exiguës et maltraités pendant de nombreux jours. Ils sont attachés, incapables de bouger le moindre de leurs membres, puis frappés à des endroits stratégiques… comprenez, les endroits les plus sensibles où la peau est très fine (articulations, oreilles, tête, joues…).

Comme si cela ne suffisait pas, pendant tout ce processus (environ une semaine) les éléphants sont gardés éveillés, étouffés, électrocutés, et ils sont aussi affamés/assoiffés.

Une fois que les dresseurs estiment que l’âme de l’animal a quitté son corps, il lui est donné un peu de répits… Les éléphants sont alors entièrement soumis, la peur de l’homme gravée dans leurs mémoire pour toujours.

De nombreux éléphants ne survivent même pas à ce traitement puisqu’environ 50% meurent pendant le phajaan. Sur la moitié qui reste en vie, une bonne partie d’entre eux devient fou ou garde des troubles de cette expérience… donc ils sont tués.] Source Seth et Lise (Voyageurs à petit budget, qui parcourent le monde et partagent leurs aventures)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here